Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne mais dans la façon de la gravir.

KV de l'Aiglette

Le Taranis Arga Trail!!!

Concept unique et grosse envie de découvrir ce trail pour sa seconde édition. Le principe est simple, on choisit sa distance entre 10 et 100KM (110 en réalité pour la totale et +5000 de D+). Il s'agit de faire entre 1 et 10 boucles DIFFERENTES et donc un départ commun pour chaque boucle qui sert également de ravito du coup. Le coeur de la course est située au centre du camping "La Marettes" à Joannas (07). Pratique pour la logistique, les spectateurs, les supporters et j'en passe! De plus, ils font un tarif intéressant pour les Vendredi et Samedi soir avec 10€/nuit/personne en mobil-home ou châlets. Le départ étant donné à 6h30 le samedi.

L'avant course:

Et bien pour la prépa rien de particulier, en fait y'a pas vraiment eut de prépa! Je partais déjà autour du 15 août, 1 semaine dans les Landes donc plutôt très plat! Alors j'ai couru comme d'habitude, je fais 150Km en Juillet et 120 en Août. En gros, des semaines à 20-30Km, loin des 100 et + de certains! Je me suis quand même motivé pour aller faire 30Km à Villard de Lans un peu avant en guise de sortie longue rapide. Suffisant pour me faire une grosse ampoule au talon et revenir complétement HS!! Merci Commpeed, drôlement efficace!
Encore en congés, je prépare doucement mes affaires pour aller sur le camping Vendredi après-midi après avoir récupéré Léa à l'école. Un châlet nous attends sur place. Le vendredi matin je fais ma petite sortie de 6Km sur plat pour faire tourner les jambes. J'ai le sentiment que cela chasse les petites douleurs que l'on peut avoir en début de course. J'avais fait ça sur le Challenge Val Drôme début Mai, pourquoi changer les choses qui fonctionnent bien?
Vendredi 16h30, la route est un peu longue, il faut compter au moins 1h30 en venant de Valence. Une fois sur place, la piscine avec toboggan suscite l'intérêt immédiat de Léa qui enfile son maillot et file se baigner alors que je ne suis même pas passé par la case accueil. Je passe les détails et retrouve une partie du TRGV, l'autre venant au compte goutte et au final ça fait pas mal de monde avec femmes et enfants! Du coup on mange un peu tard puis je file me coucher, je suis fatigué mais bien entendu, impossible de fermer l'oeil. Pour une fois que le départ n'était pas en pleine nuit...!

La course:

Départ

5h, j'ouvre un oeil, 5h30 le second! Dur dur... Départ dans 1h! Léa dort, je me prépare doucement, rassemble mes affaires et termine le sac coureur que je laisserais près du départ/ravito. J'ai tellement de mal que je ne vais même pas manger si ce n'est une tranche de brioche. Oui, je n'ai aucun protocole alimentaire hormis mon taboulet la veille de course ^_^. On va s'aligner sur la ligne de départ, le temps d'une petite photo avant le départ du chrono. La première boucle va se faire de nuit, du moins le début car 7h il fait jour. Il y a à peu près 300 coureurs, pas mal mais pas énorme non plus et tant mieux. Je me place sur l'avant afin de ne pas avoir la mauvaise surprise du bouchon à cause d'un single ou d'un obstacle à passer. Ce qui sera le cas j'ai donc fait le bon choix malgré le rythme du départ et la distance à effectuer. Pas évident de trouver son rythme, certains peuvent partir pour une ou deux boucles alors que j'ai quand même les 10 en tête malgré une motivation en berne. Je pars donc à bon rythme avec Guillaume et Sam. Après 4-5 Km, bonnes sensations je me laisse aller dans un faux plat descendant. Je veux profiter de la fraicheur relative et comme j'ai de bonnes sensations... Je me dis déjà quand même qu'il va faire chaud mais j'étais loin d'imaginer la suite. Sentier assez large, du cailloux et BIM, je plie la cheville gauche à l'intérieur! De suite ça calme, sans m'arrêter, j'ai du mal à trotter, ça fait mal et c'est pas le moment de la replier. Sam et Guillaume n'étaient pas loin et sont revenus avec moi mais doucement je laisse aller à nouveau en étant un peu plus concentré. Après un moment, je gère la douleur, je me retourne régulièrement pour chercher Guillaume et Sam mais ils ne reviennent pas sur moi, je sors alors le mp3 et je me mets dans ma bulle, la course est lancée! A quoi je pense? A en finir, ça promet!

Les Km défilent, je ne sais pas me situer dans la course mais je comprends déjà qu'il va falloir être très vigilant sur le balisage pour ne pas se perdre! Un groupe de tête s'est trompé d'ailleurs mais ils ont été rappelés heureusement par un coureur qui était avec moi... Une chance pour eux car moi je n'avais même pas capté qu'ils s'étaient plantés. Je vais finir la boucle 1 pointé en 6ème position du coup en un peu moins d'1h10. Tout le monde va enchainer sur la boucle 2 sans ravito, moi je fais le choix de m'arrêter boire un verre et avaler quelques raisins secs, sans stress... Je me rends compte alors que le ravito est plutôt léger. J'éspère en voir un peu plus dans les boucles à venir. Je pose la frontale et repars, j'y croise Guillaume et Sam qui eux arrivent, je repartais donc je n'attends pas.

On enchaîne, la boucle 2 nous emmène au sommet de la tour de Brison par une côte assez raide avec un final sur de la roche, on en fait le tour. Je retrouve juste avant les coureurs avec qui j'étais avant le ravito, comme quoi... Bref, la vue est belle, je regarde vite fait en marche rapide. Ca prends 2 minutes et on replonge là où nous sommes montés. C'est sympa, j'encourage ceux qui montent puis je croise alors Guillaume qui pense que Sam est devant, un peu perdu GuiGui? :p Sam était bien derrière, pas très loin, comme je le pensais. Fin de la boucle 2, je profite de mon sac coureur pour changer de t-shirt car mon camel commence à me faire mal à l'épaule. Je remplis les flasks, je bois et je repars en oubliant de manger ainsi que mes flasks supplémentaires alors que j'avais prévu de me charger un peu plus en voyant la chaleur une semaine avant sur l'UTMB, faisant même tomber les élites. De plus nous sommes moins haut, donc encore plus chaud. Je devais passer à 1,5L voir 2L... Cette erreur va me suivre jusqu'au bout et mettre en péril ma course car il fait de plus en plus chaud, c'est même assomant alors qu'il n'est que 9h!!!

Boucle 2Boucle 2

boucle 3On attaque la troisième, la plus grosse boucle est là, 12Km et 810m de D+, je rationne dès les premières montées, forcément, 1L c'est trop court mais j'étais loin d'imaginer qu'il fasse si chaud, si tôt quand même. Je ne veux pas me cramer sur celle-ci et préfère perdre un peu de temps même si je monte en marche rapide sur les portions trop raides. On passe vraiment par tous types de terrains, du sentier, du cailloux, des chemins pavés ou sur des rochers... La pente se fait de plus en plus raide, en plein soleil et sans un poil de vent! J'ai tellement chaud, tellement soif que j'en suis épuisé avec quelques vertiges. Je fais alors quelques pauses en tentant de trouver un peu d'ombre derrière un arbuste ou un rocher mais ils se font rares. Le peloton est déjà bien effilé, les coureurs se font rares, je sais le gros de la troupe derrière moi. Je traine ma carcasse sous ce soleil de plomb après une ultime pause derrière un énorme rocher mais je distingue le sommet! Seule consolation, la vue et heureusement! J'arrive enfin en haut, quelques supporters, je n'y prête pas vraiment attention hormis un merci alors que je me faisais prendre en photo. Je marche quelques dizaines de mètres sur le plat avant de relancer, j'ai bien souffert et m'inquiète pour la suite...

Je termine cette boucle au bout de presque 5h de course, elle m'aura bien bouffé 2h celle ci. J'ai alors 35Km à la montre. C'est là que je croise Sonia et Guillaume. Il m'explique qu'il a fait 3ième au scratch après la boucle 3 sauf qu'il n'a pas fait la montée... Ahah Et oui, il s'est perdu! Un peu dég pour lui, il hésite alors à la refaire ou partir en Off sur la 4 avec Sam. Moi j'aurais lâché! Au final, il repartira sur la 3 et pour ça il a eut beaucoup de courage! Moi je suis sec, j'ai une faim énorme, je prends alors mon sac coureur et remonte au châlet! Là, c'est open bar! St Yorre dans le Frigo, Coca, saucisson et même jambon! Après 30min, au calme et au frais dans le châlet, je redescends pour repartir, remotivé avec 500ml de plus! Je prends bien soin de m'arroser avec le jet d'eau mis à dispo pour les coureurs. La tête ainsi que le haut du corps, ce sera ainsi entre chaque boucle même si on sèche très vite.

Léa Boucle 4, elle passe très vite, ça boost! J'aurais sur celle ci profité d'un arroseur dans un champ pour me refroidir. J'en ai même bu une flasque presque entière tellement j'avais soif mais ce n'était peut être pas la meilleure chose à faire, j'y reviendrais... A la fin de la boucle, j'apprends que certains du groupe sont en galères à cause de la chaleur et on m'annonce qu'ils veulent lâcher! Je me refait une pause de 30 min, avec changement de chaussettes et ravito maison! Sur le ravito, je vois quand même l'organisateur se taper un énorme hamburger, tellement injuste!

Boucle 5, je repars à bon rythme et là je tombe sur une coureuse, Floriane, contente d'enfin voir quelqu'un! C'est là que l'on se dit que la 3 a fait une hécatombe! On papote, on papote, nous n'étions pas en manque de sujets. D'ailleurs, c'était à ce moment là la première féminine. On papote tellement que l'on termine la boucle ensemble! Elle retrouve sa copine qui l'attendait au ravito et moi bah... mon châlet pour me mettre un peu au frais et boire, boire, boire!! Elle était motivée pour repatir pour la 6ième boucle, un bel esprit de combativité et un grand bravo à elle car elle la finira et arrivera première féminine sur celle-ci. Du côté du TRGV bah des bières et encore des bières avec un peu de frites que je vais prendre à Sam, plus une gorgée de bière juste pour se donner envie à Cyrille!

refroidissementJe repars donc 30min après pour cette 6ième boucle. On y prends quand même 600m de D+ dans une montée longue. La fin c'est un peu accrobatique, on va passer de rochers en rochers pour ensuite prendre une belle descente sur un chemin pavé plutôt accidenté et que l'on avait fait dans l'autre sens sur la 3. Un réel plaisir pour moi à ce moment là. Je repasse alors au niveau du champ où je m'étais arrosé sur la 4 et je voulais à nouveau en profiter. C'est alors que je vois d'où l'eau provenait... Une espèce de réserve d'eau en contrebas du chemin avec une belle mousse verte bien épaisse en surface! Pour la douche, pas de soucis, pour en boire c'est différent. En prenant de l'eau dans mes mains, c'est là que je vois qu'elle n'était pas très nette! Je reprends ma route et je me dis que cette boucle finalement passe donc plutôt bien et j'arrive avec une pêche dingue sur le ravito. Un nouveau refroidissement au jet d'eau et je vois alors ma chérie qui avait fait la route après sa journée de boulot ;) Ca fait surtout plaisir intérieurement, je ne l'ai pas montré car la tête bien dans la course et quand on est bien on veut en profiter même si la lucidité n'était pas fameuse. Juste avant de repartir, le premier à ce moment là en termine avec la boucle 7 (Il en restera là finalement). Je me relance donc très vite car oui j'avoue je voulais en finir, je commençais à en avoir marre, je ne voulais pas dépasser minuit.

Je vais repartir tellement vite sur cette boucle 7 qu'après une petite descente pour sortir du camping et me retrouver dans un champ, je me rend compte que j'ai oublié mes 2 flasks! J'hésite un peu en me disant, 10Km / 400D+ avec 500ml ça passe... Sauf que non, j'étais déjà bien avancé dans la déshydratation et qu'il faisait encore chaud. Je pense d'ailleurs qu'avec la continuité de l'effort et de la chaleur, c'est très difficile de récupérer ce que l'on a perdu. Bref, demi tour, et je remonte cette foutue route. 1km de plus au compteur! Alors que je pensais mettre moins d'1h30, la montée interminable pour prendre les 400D+, le terrain accidenté et une grosse baisse de régime vont transformer cette dernière en véritable calvaire! J'avais déjà un peu saigné du nez, avec l'odeur du sang dans la bouche. Il fait un peu plus frais à l'ombre mais j'ai toujours chaud! La tête tourne, je suis vraiment pas bien. Je me pose à plusieurs reprise à même le sol. On tente de se persuader un moment que cela va passer mais cela ne fonctionne pas tout le temps. Je fais alors le pour et le contre afin de savoir si je continu ou pas après cette boucle. Quel intérêt réel j'avais? Je ne vois pas vraiment... En tout cas, pas assez pour vouloir continuer. J'étais content de faire cette distance dans ces temps et avec d'aussi bonnes sensations au niveau des jambes. Je pense que je voulais aussi un peu profiter du groupe, manger et être avec ma chérie! La réflexion suit son cours, alternée par des tentatives pour vomir mais ça ne sort pas. Je termine cette boucle comme toutes les autres en courant! Ma chérie m'attends (Pas du bon côté mais c'est pas grâve, je n'étais plus assez lucide pour m'en rendre compte, moi je l'ai vu à l'arrivée lol!

Arrivée

ArrivéeJe discute avec le chronométreur afin de me situer dans la course, il m'annonce que nous ne sommes plus qu'une quarantaine mais la plupart derrière moi et que je suis 3ième sur cette boucle si je m'arrête. Il était 19h30/20h, je savais que d'autres iraient plus loin et 5 min après je décide de rendre mon dossard. Je ne voulais pas risquer de me blesser ou de finir fatigué. Entre la route le lendemain, les autres courses à venir et ce que j'ai cité avant, ça suffisait. La chaleur aura eut raison de cette aventure. Même si aujourd'hui il reste un petit goût amer car j'avais les jambes, je suis quand même content. Jusqu'à la fin ma foulée n'a pas bougée et c'est plutôt bon signe. Aucune douleur anormale à déclarer, juste les genoux un peu dans les descentes mais je n'aurais pas eut de mal à continuer. Satisfait donc de n'avoir aucun bobo, même mes pieds n'ont pas bougés! Le corps n'a pas souffert.

podium

L'après course:

C'est surtout là que je suis un peu déçu... Je pensais pouvoir aller prendre ma douche et me taper pizza/frites sur le snack du camping sauf que c'était repas Ardéchois! De suite, ça calme, si j'avais sû j'aurais gardé mon dossard Ahah! Je me suis donc remit doucement car je n'étais pas bien pendant un petit moment. J'ai quand même bien aimé cette course. Ce qu'il faut retenir c'est que la vigilance doit être permanente afin de ne pas louper un panneau. Quand on croise une autre boucle il est rapide de se louper en suivant les mauvaises rubalises même si pour moi le balisage était impeccable. Au niveau du terrain, c'est la même vigilance, il y a un peu de tout mais je retiens surtout les terrains plutôt technique avec les cailloux, racines et rochers. C'est plutôt rude!

Bilan:

Parfois cela demande un peu de logistique, on ne sait pas vraiment quoi prendre alors on en emmène trop de peur de manquer! J'ai donc utilisé une tenue classique avec un short et un sans manche pour le haut! J'ai juste changé le haut comme je le dis plus haut pour du plus confort. Une seule paire de chaussures, toujours des Saucony Peregrines 6 avec les lacets Alpurna, un régal, je n'ai pas eut à y toucher du coup. Un seul changement de chaussettes après la boucle 3 je crois. J'avais les bâtons au châlet au cas où mais je ne voulais pas les utiliser, cela aurait vraiment été un recours ultime si je séchais! Pour le sac, c'était mon sac Salomon Sense (3L) dans lequel j'avais la couverture de survie, 1 barre de céréales, 1 gel et bien sûr mes 2 flasks de 500ml. Complété par ma ceinture Sammie et une flask de 500ml.
Côté alimentation, quasi rien sur le ravito en dehors de l'eau et un peu de Coca. Et je n'ai tourné qu'à l'eau maintenant j'ai l'impression que l'eau dans le Sud Ardèche a un petit goût et à la fin je n'en pouvais plus. Pour la prochaine longue distance je vais voir pour couper avec du sirop, je dois trouver un truc! J'avais des doses de boisson ISO mais pas utilisées (J'aurais peut être dû en même temps!). J'ai dû boire 1L ou 1L5 de St Yorre pendant mes pauses. Pour le solide, hormis les quelques raisins secs, la moitié d'orange et une tranche de cake, le ravito ne me donnait pas envie. Mais la remarque a été remontée et l'an prochain il devrait être bien mieux fournit. Je sais par contre que je n'ai pas assez mangé entre les ravitos, cela a été un vrai problème. Je n'ai utilisé que la barre de céréales et le gel (Beurk!). J'avais d'autres trucs au châlet pourtant mais j'avais sûrement l'esprit ailleurs. Hormis la faim, la soif et une épaule un peu marqué par le sac sur les 2 premières boucles je m'en sors très bien. Mes pieds n'ont pas bougés, mes jambes vont bien. J'ai pu faire une petite sortie de 10Km avec le TRGV lundi soir et hormis un petit pincement aux genoux au bout d'un moment rien d'anormal.
Pour le moins bien, c'est passé. Est-ce le gel? L'eau dans le champ? Peut être aussi le soleil car je n'ai pas utilisé de casquette, j'ai donc pu faire une petite insolation même si il y avait pas mal de passage à l'ombre.

Bonus, la récup:

Quelques images du Week-end, non ne cherchez pas, il n'y a pas de trail! Que le meilleur après ce week-end caniculaire! Cette piscine qui me narguait à 2m du ravito, j'y pensais en courant! J'ai pu en profiter Dimanche! Les multiples montées de marches pour prendre le toboggan étaient un vrai test pour les jambes, impec! Merci à tous pour ce week-end, à tous ceux et celles qui ont jetés un oeil sur Léa qui a passée de superbes moments pendant que son père courait! Certaines lui manque! Merci! Merci! Merci!